napoleon hill

 

Que de mystères à la lecture de l’introduction de M. HILL qui nous dit qu’il détient le secret de M. Andrew CARNEGIE qui a permis à des centaines d’hommes de faire fortune. Mais ce secret ne serait à aucun moment dévoilé, c’est à nous lecteurs de le deviner, il apparaitrait une centaine de fois au fil des pages sans jamais être clairement établi. Ce secret nous sautera aux yeux si nous sommes prêts à le recevoir et à cet instant précis commencera alors “le tournant de notre vie”.

Une pensée est un fait

Le pouvoir qui est à la base du succès est le pouvoir de votre pensée. Edwin C. Barnes eut un jour un profond désir : celui de devenir l’associé de M. Edison. Pourtant ni il ne connaissait M. Edison ni il n’avait l’argent pour prendre le train. Son obstination lui permit de surmonter ces deux obstacles et il se présenta devant Edison qui ne put que constater la détermination du jeune homme. Les mois s’écoulèrent et alors que personne ne croyait en la machine à dicter d’Edison, Barnes lui sut immédiatement qu’il pourrait la vendre. Cette association lui rapporta beaucoup d’argent. Barnes savait désormais qu’une pensée peut se concrétiser si l’on suit quelques principes : savoir ce que l’on veut et persévérer.

A l’époque de la ruée vers l’or, un oncle de R. U. Darby partit vers l’Ouest dans l’espoir d’y faire fortune. Il trouva de l’or dans une concession gagnée au jeu. Mais le filon disparut. L’oncle vendit sa concession une bouchée de pain. Le nouvel acquéreur, fit expertiser la concession et découvrit que l’or se trouvait tout près de l’endroit où l’oncle avait cessé le forage. L’acheteur gagna des millions de dollars simplement pour avoir sollicité les conseils d’un expert. Lorsque que l’échec parait complet, quoi de plus logique et de plus facile que de renoncer.  Pourtant plus de 500 américains parmi ceux qui ont le mieux réussi ont avoué avoir connu leur succès immédiatement après un échec. Plus tard, Darby assista à une scène entre son oncle et une petite fille de couleur qui vivait sur une ferme que celui-ci exploitait. La petite fille lui demanda de l’argent pour sa maman. L’homme lui dit non mais la petite fille ne bougea et réitérait sa demande. Malgré la colère de l’oncle de Darby, elle ne bougea toujours pas jusqu’à ce qu’il sorte l’argent de sa poche. Darby se demanda de quel pouvoir la petite disposait pour parvenir à transformer ce “non” en “oui”.  C’est de ce pouvoir dont il est question dans le chapitre suivant. Darby n’a jamais oublié cette histoire avec la petite fille et cela lui a appris à tenir coûte que coûte malgré les difficultés. Selon Hill, “certaines de nos pensées sont si fortes qu’elles hypnotisent notre cerveau”. Celui-ci, par un phénomène inexpliqué, attire alors,” comme le ferait un aimant les forces, les gens et les circonstances qui s’accordent à ces pensées”.

 

Première étape vers la richesse : le désir

“C’est le désir qui transforme les rêves en réalité”.

Quand Barnes se rendit dans les bureaux d’Edison, il était animé d’un brulant désir d’atteindre son but. Pour être sûr d’aller de l’avant, il coupa les ponts derrière lui. Il n’avait volontairement établi aucune porte de sortie. Voilà le secret de sa réussite. Tout comme ce guerrier grec qui dans l’Antiquité, accosta avec ses hommes sur le territoire ennemi et brûla ses bateaux. Ainsi lui et son armée n’eut plus d’autre choix que de vaincre ou mourir, pas de retraite possible.

Il ne suffit pas de souhaiter être riche pour le devenir, il faut le désirer jusqu’à l’obsession.

Voici les 6 instructions qui transforment vos désirs en or :

– 1 : Fixez le montant exact de la somme que vous désirez.

– 2 : Sachez exactement ce que vous devez payer pour obtenir cet argent que vous désirez.

– 3 : Fixez-vous une date précise à laquelle vous voulez être en possession de cet argent.

– 4 : Etablissez le plan qui vous aidera à transformer votre désir et mettez-le en œuvre immédiatement, même si vous jugez ne pas être encore prêt.

– 5 : Ecrivez clairement sur un papier la somme que vous voulez acquérir, le délai que vous vous fixez, la contrepartie que vous acceptez de payer et le plan précis que vous avez élaboré pour mener tout cela à bien.

– 6 : Lisez vos objectifs à haute voix deux fois par jour, le soir et le matin. Pendant cette lecture, il est essentiel que vous vous voyiez, sentiez et croyiez en possession de cet argent.

L’auteur nous cite plusieurs exemples de grands hommes ayant réussi grâce à leurs désirs dont son propre exemple avec son fils, né sourd et muet, dont il avait le désir qu’il soit un garçon normal et qu’il entende un jour. Par ce désir ardent, il pense avoir modelé l’esprit de son fils et modifié la nature afin que son fils ait une vie normale, heureuse et réussie malgré son handicap. C’est ce qui se produisit.

 

Deuxième étape vers la richesse : la foi

La foi est un état d’esprit que l’on acquiert en affirmant ou en répétant des instructions au subconscient qui joue un rôle très important dans la concrétisation du désir. Toute pensée répétée sans cesse au subconscient finit par être acceptée. Les gens qui prétendent ne pas avoir de chance sont en fait les propres artisans de leurs malheurs : leurs pensées noires sont captées par leur subconscient qui les transforme en leurs équivalents physiques. Il faut donc bannir ces idées noires et encourager les émotions positives.

 

Qu’est-ce-que l’autosuggestion ?

Prenez la résolution de ne pas vous laissez influencer et de construire votre vie comme vous l’avez décidé. Vos pensées accompagnées d’un sentiment émotionnel attirent des penses similaires et de ce fait, ces pensées grandissent comme des graines plantées dans un sol fertile.

 

Pour pratiquer l’autosuggestion, Napoléon Hill nous propose 5 règles à écrire, apprendre par cœur et se répéter :

– 1 : Je sais que je suis capable d’atteindre le but que  je me suis fixé, aussi puis-je exiger de moi une action continue et inlassable dans ce sens.

– 2 : Je sais que mes pensées dominantes passeront par plusieurs stades avant de se transformer en réalité physique ; aussi consacrerai-je 30 minutes par jour à penser à celui que je veux devenir et à en dessiner une image précise.

– 3 : Je sais qu’en recourant  à l’autosuggestion, tout désir que je garderai obstinément dans mon esprit se manifestera bientôt par des signes extérieurs avant d’atteindre enfin le but fixé ; aussi consacrerai-je 10 minutes par jour à exiger de moi-même une plus grande confiance.

– 4 : J’ai décrit une description très claire du but précis que je me suis fixé et je ne cesserai de travailler à sa réalisation.

– 5 : Je sais parfaitement qu’une richesse- ou qu’une situation- mal acquise est un château construit sur le sable et qui ne saurait donc durer. Aussi refuserai-je toute transaction qui, ne bénéficiant qu’à moi-même, lèserait une ou plusieurs personnes. Je réussirai un puisant dans les forces dont j’ai besoin et, en étant toujours le premier à rendre service, j’inciterai mes semblables à m’aider. En développant en moi l’amour de l’humanité, j’éliminerai de mon cœur toute haine, toute envie, toute jalousie, tout égoïsme, tout cynisme, car je sais qu’une attitude négative envers mon prochain n’amène qu’à la déception. Il croira en moi parce que je montrerai que je crois en lui et en moi.

Si vous êtes animés par des pensées négatives, la loi d’autosuggestion s’emparera de ces sentiments et les traduira en leur équivalent physique : la misère, l’échec, le désespoir, voire la mort.

 

Troisième étape vers la richesse : l’autosuggestion

Il ne suffit pas de donner des ordres à votre subconscient, il faut les répéter souvent. C’est pourquoi l’auteur nous invite à lire à haute voix les instructions décrites dans les chapitres précédents. Mais cela ne suffit pas, il faut également les ressentir. Le subconscient ne peut agir que s’il est animé de pensées chargées d’émotion. Vous devez croire à ce que vous dites. Ce peut être difficile au début mais il ne faut pas se décourager. Ces exercices vont vous demander de la concentration : faire croire à votre subconscient que vous y croyiez afin qu’il dresse les plans qui vous permettront d’entrer en possession de votre bien. Ces plans viendront à vous sous la forme d’une inspiration.

Visualisez l’argent que vous désirez et imaginez rendre service à quelqu’un par simple échange. Il n’y a que l’autosuggestion qui permet d’atteindre et d’influencer le subconscient pour concrétiser vos désirs.

 

Quatrième étape vers la richesse : la spécialisation

Ce n’est pas l’instruction qui fera de vous un homme riche. Henry Ford ne fut écolier que durant 6 ans et cela ne l’a pas empêché de réussir sur le plan financier. Alors qu’il se vit traité de “pacifiste ignorant”, il rétorqua qu’il était entouré de collaborateurs capables de répondre à toute question et qu’il n’était donc pas nécessaire d’avoir toutes ces connaissances dans son seul cerveau. Celui qui est capable de diriger et d’organiser un “cerveau collectif” est tout aussi instruit que chaque membre de ce “cerveau”.

Choisissez une spécialisation, inutile donc de tout savoir.

Pour obtenir votre spécialisation, vous pouvez faire appel à :

– votre propre expérience

– l’instruction et l’expérience des autres

– les collèges et les universités

– les bibliothèques municipales

– les cours spéciaux

Avant d’acquérir une spécialisation, demandez-vous dans quel but précis vous désirez l’acquérir et comment vous pourrez l’appliquer.

“Ceux qui échouent font souvent l’erreur de croire que le temps d’apprendre prend fin avec l’école”.

Ce que nous obtenons sans effort et sans argent est peu apprécié voire discrédité. L’auteur se demande même si ce n’est pas la raison pour laquelle nous ne savons pas profiter pleinement de l’école. Les cours du soir qui sont payants sont un bon moyen d’acquérir une spécialisation. Le simple fait de devoir payer l’ensemble du cursus nous pousse à suivre les cours et à les appliquer. L’être humain ne semble accorder de valeur qu’à ce qu’il paie.

Derrière toutes les bonnes idées se cachent des connaissances spécialisées faciles à acquérir.

 

Cinquième étape vers la richesse : l’imagination

Pour Napoléon Hill, notre imagination peut prendre deux formes : l’imagination synthétique qui permet de maquiller les vieux concepts, de leur redonner une nouvelle jeunesse et quand elle n’y parvient pas elle laisse la place à l’imagination créatrice qui elle, n’a pas de limite et qui fonctionne que lorsque le conscient travaille avec rapidité stimulé par l’émotion d’un désir ardent. Ces deux formes d’imagination se développent comme des muscles par une gymnastique appropriée.

A l’origine de toute fortune, il y a une idée qui provient du fruit de notre imagination. Tout comme cet employé de drugstore qui un jour acheta une vieille marmite et une recette secrète à un médecin de campagne et qui, après y avoir ajouté une dose d’imagination en fit un empire : “Coca-Cola”.

Avoir un but et des plans précis peut transformer une idée en argent.

 

Sixième étape vers la richesse : l’élaboration des plans

Afin d’élaborer vos plans :

· Réunissez les personnes qui vont constituer votre “cerveau collectif”.

· Définissez ce que vous pourrez échanger en échange de la collaboration de ces personnes. Personne ne veut travailler gratuitement.

· Réunissez-vous au moins deux fois par semaines jusqu’à l’élaboration parfaite de vos plans.

· Faites en sorte qu’il y ait une entente idéale entre les membres de votre “cerveau collectif”.

Il ne faut pas oublier que tous les plans ne vont pas vous mener à la richesse, il sera peut-être nécessaire d’élaborer de nouveaux plans encore et encore jusqu’à trouver celui qui sera parfait. Toutes les victoires ont été précédées d’échecs. N’abandonnez pas.

Faites-vous partie des dirigeants ou des dirigés ? A vous de choisir.

Voici les 11 secrets pour devenir un bon dirigeant :

1. Le courage à toute épreuve

2. La maîtrise de soi

3. Un sens aigu de la justice

4. La sûreté dans la décision

5. La précision des plans

6. Vouloir faire plus que les autres

7. Une personnalité irréprochable

8. La sympathie et la compréhension

9. Le respect du détail

10. Accepter toute la responsabilité

11. La coopération

Les meilleurs dirigeants s’efforcent de recueillir le consentement et la sympathie de ses dirigés. La dictature est éphémère, vous devez être soutenu pour pouvoir durer.

Les 10 raisons de l’échec d’un dirigeant :

1. La négligence des détails

2. Le refus de rendre d’humbles services

3. L’erreur de vouloir être rémunéré pour son savoir et non pour ses résultats

4. La peur de la réussite des subordonnés

5. Une imagination pauvre

6. L’égoïsme

7. L’intempérance

8. La trahison

9. Abuser de l’autorité

10. Mettre l’accent sur son titre

 

Napoléon Hill a étudié des centaines de personnes dont 98 étaient considérées comme des “ratées”.

Il a pu en extraire les 31 causes qui selon lui mènent à l’échec :

1. Tare héréditaire

2. Aucun but défini

3. Aucune ambition pour quitter sa médiocrité

4. Manque d’instruction

5. Manque d’autodiscipline

6. Mauvaise santé

7. Des influences néfastes pendant l’enfance

8. L’hésitation

9. Manque de persévérance

10. Une personnalité négative

11. Soumission à ses instincts sexuels

12. Le désir incontrôlé de gestes gratuits (l’attrait du jeu)

13. Lenteur dans la prise de décision

14. Les six formes de la peur (voir chapitre concerné)

15. Un partenaire dans le mariage mal choisi

16. Trop de circonspection

17. Des associés mal choisis

18. La superstition et ses maléfices

19. Erreur dans le choix de sa vocation

20. Des efforts trop dispersés

21. Des dépenses excessives

22. Manque d’enthousiasme

23. L’intolérance

24. L’intempérance (boissons, nourriture, sexe)

25. Manque de coopération

26. Un pouvoir non gagné à la sueur de son front (mais hérité)

27. La malhonnêteté

28. Egoïsme et vanité

29. Deviner au lieu de réfléchir

30. Des capitaux insuffisants

31. Toute autre cause qui peut mener à l’échec et qui n’est pas dans cette liste

L’auteur nous recommande d’analyser cette liste et de trouver parmi ces causes, celles qui s’opposent à notre réussite.

(La suite du chapitre nous invite à nous questionner sur la personne que nous sommes, car, selon Hill, nous devons nous connaître pour pouvoir vendre nos services. Il nous propose un exercice par questionnement à réaliser de façon très honnête. Cet exercice comporte 31 questions que je ne vais pas mentionner ici, car il s’agit d’un résumé, ce serait trop long.)

A la fin de ce chapitre, nous devrions être prêts à élaborer un plan qui nous permettra de négocier nos propres services.

“La civilisation est bâtie sur le capital” : le capital signifie un apport d’argent mais aussi un groupe de personnes intelligentes qui élaborent des plans pour rendre cet argent profitable à la civilisation. Sans système capitaliste, nous serions obligés de nous déplacer en Inde pour savourer notre thé du matin, par exemple. C’est l’ingéniosité d’hommes et de femmes qui nous permet de vivre dans le monde dans lequel nous vivons, grâce  à leur volonté d’entreprendre, de construire, d’être utile, de gagner de l’argent.

 

Septième étape vers la richesse : la décision

Parmi les 31 causes d’échec vues précédemment, le manque de décision vient en tête dans plus de 25 000 cas étudiés.

Il vaut mieux décider rapidement et passer pour un obstiné que d’être trop lent dans les décisions.

Il faut savoir prendre des décisions sans se laisser influencer par les opinions des autres (journalistes, proches). Cela vous freinerait c’est pour cela que l’auteur recommande de ne pas parler avec vos proches de vos projets mais seulement à votre “cerveau collectif”. Prenez des conseils auprès des bonnes personnes, les personnes mal intentionnées peuvent détruire votre confiance par leurs moqueries et leurs opinions.

Les beaux-parleurs agissent peu et n’écoutent pas.

Les grandes décisions demandent du courage : Lincoln savait le risque qu’il encourait quand il décida d’écrire “La Proclamation d’Emancipation” en faveur de la liberté du peuple noir d’Amérique”.

Napoléon Hill nous parle ensuite du contexte dans lequel la Déclaration d’Indépendance des Etats Unis a été signée et l’importance d’une décision majeure.56 hommes signèrent cette Déclaration en sachant qu’ils signaient également leur arrêt de mort en cas de défaite des colonies contre la Grande-Bretagne. Ce courage était en chaque combattant grâce au pouvoir de l’esprit et c’est ce qui les conduisit à la victoire.

 

Huitième étape vers la richesse : la persévérance

Le manque de persévérance est une cause d’échec mais cette lacune peut se travailler et être vaincue. La persévérance est liée au désir : si votre désir est faible vous aurez de faibles résultats.

Si vous manquez de persévérance, organisez votre “cerveau collectif”, vous pourrez faire grandir votre persévérance de manière collective.

Vous pourrez ressentir que votre volonté est sans cesse testée par des défaites successives, ceux qui ne se découragent pas remporte la victoire tôt ou tard. Les défaites sont passagères.

La persévérance est à la portée de tous mais elle se heurte à quelques obstacles :

  • Ne pas définir précisément ce que l’on veut
  • On hésite trop
  • Manque d’intérêt pour un enseignement
  • L’indécision
  • Chercher des excuses à la place des solutions
  • L’autosatisfaction
  • Contourner les obstacles au lieu de les franchir
  • Critiquer les erreurs des autres
  • Négliger le choix de ses intentions
  • Abandonner à la première difficulté
  • Des plans peu organisés
  • Ne pas saisir les occasions
  • Souhaiter et non vouloir
  • Accepter des compromis avec la pauvreté au lieu de vouloir la fortune
  • Sauter des étapes
  • Peur de la critique

La peur de la critique peut être plus forte que le désir de réussir. Hill a  pu constater dans sa quête d’une philosophie du succès que beaucoup d’idées ne naissent pas car “anéanties dans l’œuf” par la critique.

 

Neuvième étape vers la richesse : le pouvoir du “cerveau collectif”

 

Comme dit précédemment, le “cerveau collectif” est le rassemblement de plusieurs personnes dont les efforts conjugués mènent à un but précis. Le pouvoir de ce cerveau réside dans l’idée que deux personnes qui travaillent ensemble libère une troisième force invisible, “proche d’un troisième esprit”, une énergie spirituelle. Selon l’auteur, toutes les grandes fortunes découlent d’un “cerveau collectif” de façon consciente ou non. Considérez que votre objectif de fortune est à moitié atteint si vous avez fait des choix judicieux pour la composition de votre “cerveau collectif”.

 

Dixième étape vers la richesse : le mystère de la transmutation sexuelle

Le désir sexuel est le plus fort des désirs, il stimule et développe l’imagination créatrice. Il est si puisant que certains risqueraient de ruiner leur carrière pour l’assouvir. La force de ce désir peut être transformée ou transmutée en tant que force créatrice et inspiratrice. Il est possible de transformer son énergie sexuelle et la mettre au service de son objectif. Mais attention il ne s’agit pas là d’avoir un fort appétit sexuel, ce n’est pas cela qui fera de vous un génie. Il vous faudra nécessairement transmuter ce désir vers une autre forme de désir.

L’énergie sexuelle peut donc vous servir à des fins créatrices mais l’auteur a pu constater que cette énergie était le plus souvent gaspillée par des actes physiques répétés, spécifiquement à un jeune âge et c’est pour cela qu’il explique que les personnes qui connaissent le succès ont souvent dépassé la quarantaine. Les excès sexuels sont une forme d’intempérance tout comme le sont l’alcool et les narcotiques. L’énergie sexuelle devient alors destructrice.

Au contraire, le désir sexuel accompagné d’un sentiment amoureux apportera, le calme, l’équilibre, la justesse du jugement et la pondération.

Pour cette raison, la présence d’une femme dans la vie d’un homme peut avoir une influence bénéfique et ils le savent.

 

Onzième étape vers la richesse : le subconscient

Les pensées positives dirigées vers votre subconscient vont vous aider à atteindre votre objectif. Acceptez l’existence d’un subconscient, c’est comprendre pourquoi il est si important de préciser ses désirs et de les écrire et pourquoi il faut persévérer car ce sont les habitudes qui vont vous permettre d’influencer et de diriger votre subconscient qui reçoit sans cesse nos pensées, qu’elles soient négatives ou positives. Ces pensées l’affectent, il faut alors le nourrir de nos désirs les plus forts ou il se nourrira d’autres, plus pauvres. Opposez-vous aux pensées négatives pour qu’il ne s’en empare pas.

 

Comment utiliser les pensées positives ?

Le subconscient se nourri plus facilement des pensées émotionnelles que des pensées raisonnées.

Voici les sept plus grandes émotions positives : le désir, la foi, l’amour, la sexualité, l’enthousiasme, la tendresse et l’espoir. Ce sont les émotions les plus créatrices.

Voici maintenant les sept émotions les plus négatives : la peur, la jalousie, la haine, la vengeance, l’avidité, la superstition et la colère.

Il est possible de faire dominer dans notre esprit les émotions positives, ce qui balayera les négatives car elles ne peuvent cohabiter ensemble.

La prière peut avoir un rôle sur notre subconscient si elle n’est pas utilisée en dernier recours alors que nous sommes dominés par la peur de ne pas être exaucé.  Le subconscient transcrit nos prières et en rapporte un plan précis ou une idée. Il ne s’agit pas de prières toute faites lues dans les livres mais de vos propres prières.

 

Douzième étape vers la richesse : le cerveau humain

Un professeur nommé Rhine, chercheur dans une grande université aux Etats-Unis a mené une expérience comportant plus de 100 000 tests sur les phénomènes mentaux.  Ces tests devaient déterminer la réalité de la télépathie et de la clairvoyance.  Les résultats de cette expérience peuvent nous amener à ne plus douter de l’existence de ces facultés tant le nombre de réussite aux tests fut importants (deviner des cartes sans les voir).

La distance entre les sujets et les cartes ne changea pas le pourcentage de réussites. Rhine et son équipe, conclurent que les deux facultés n’étaient en fait qu’un seul et même don, car ceux qui pensaient n’en posséder qu’une, découvrirent qu’ils avaient les deux en eux.

Hill et ses associés ont, quant à eux, découvert quelle était la condition pour qu’ils accèdent à ce sixième sens : c’est une alliance de travail entre eux et l’accès au “cerveau collectif” qui permet à ce sixième sens de s’exercer et de faire appel à ces “conseillers invisibles”.

 

Treizième étape vers la richesse : le sixième sens

Vous devez avoir assimilé les douze autres étapes avant d’appréhender celle-ci.

Votre sixième sens sera en quelque sorte votre ange-gardien qui vous protégera des dangers mais également qui vous montrera les occasions.

Napoléon se livre dans ce chapitre et nous explique qu’il a pour habitude d’imaginer les neuf grands hommes qu’il admire le plus (Emerson, Paine, Edison, Darwin, Lincoln, Burbank, Napoléon, Ford et Carnegie) autour d’une table, en réunion qu’il présiderait. Il leur demande alors de lui prêter chacun un trait de caractère qui l’intéresse. Il les imagine aussi avoir des discussions entre eux.

Ce qui suscite des émotions réveille votre sixième sens. Lors de ses réunions imaginaires, l’auteur se sent plus réceptif aux idées, aux pensées et aux connaissances qui l’atteignent grâce à ce sixième sens.

Arriver à cette étape et développer son sixième sens, vous aidera à ne pas vous décourager, affronter vos peurs, moins hésiter, affuter votre imagination.

 

Les six fantômes de la peur

napoleon hill

Photo : Jon Tyson

Pour accéder à la philosophie de ce livre, il faudra comprendre, analyser et chasser de votre esprit les trois ennemis suivants : l’indécision, le doute et la peur. Les trois sont étroitement liés. Si vous avez l’un de ces ennemis en vous, les deux autres ne sont pas bien loin, bien enfouis dans votre subconscient.

La peur détruit toutes vos chances de réussite et vous paralyse, elle s’empare de votre raison.

 

La peur peut prendre six formes différentes :

1) La peur de la pauvreté :

C’est la plus destructrice selon Hill, et la plus difficile à évincer.  Vous la reconnaitrez grâce à différents signes. Vous manquez d’ambition et acceptez facilement l’idée de la pauvreté. Vous hésitez trop pour prendre la moindre décision. Vous vous cherchez des excuses pour expliquer vos échecs et êtes à l’affut des défauts des autres. Votre excès de prudence ne vous fait voir que le mauvais côté des évènements, vous focalisez sur les échecs possibles et ne parlez que de cela. Vous remettez à plus tard par manque de conviction et vous vous associez “aux résignés plutôt qu’à ceux qui demandent et reçoivent la richesse”.

2) La peur de la critique :

Cette peur est très présente chez l’homme. L’industrie de la mode, par exemple, en a bien compris l’intérêt. Chaque nouvelle collection s’appuie sur cette peur : les gens achèteront toujours en fonction de la mode par peur d’être critiqués.

Cette peur vous enlève toute initiative et limite votre individualité.

Critiquer son enfant sans raison valable développe en lui un complexe d’infériorité c’est pourquoi les parents qui s’adonnent à cette pratique devraient être considérés comme des criminels.

La peur d’être critiqué vous rend nerveux et timide, vous manquez d’assurance et de personnalité et surtout vous n’osez pas prendre des initiatives.

3) La peur de la maladie :

Elle se rapproche de la peur de vieillir et de mourir. Cette peur peut vous occasionner les symptômes que justement vous redoutiez. 75% de la clientèle des médecins seraient hypochondriaques. Vous pouvez vous sentir malade par simple suggestion, par des pensées négatives.

Si vous avez cette peur en vous, vous la formalisez par l’autosuggestion et l’hypochondrie, vous redoutez tout exercice par peur de vous blesser, vous vous documentez excessivement sur les maladies et avez un grand besoin d’être dorloté. Cette peur peut également vous pousser à la consommation d’alcool ou autre pour justement éliminer des symptômes que vous vous êtes convaincu d’avoir.

4) La peur de perdre l’objet de votre amour :

Cette peur peut vous mener à la jalousie excessive mais aussi à la critique facile, de vos proches, des êtres aimés et peut vous pousser à jouer, c’est à dire à dépenser plus que vos moyens pour offrir des cadeaux à l’être aimé dans le but de paraître sous un jour favorable.

5) La peur de vieillir :

Vous ressentez la peur de perdre votre indépendance et votre liberté physique et économique. Vous développez un complexe d’infériorité quand vous avez atteint la quarantaine et pensez que vous êtes déjà sur le déclin. Vous pensez être trop vieux pour faire preuve d’initiative. Vous vous déguisez en une personne plus jeune.

6) La peur de la mort :

La mort est un éternel repos, pourquoi aurions-nous à craindre ce repos ?

Vous avez peur de la mort si vous n’êtes pas assez occupé pour y penser. Vous reportez la peur de la pauvreté sur vos proches : que vont-ils devenir sans vous ?

Vous souciez avec excès révèle votre peur et vous risquez d’en perdre la raison.

La mort est inévitable, acceptez-la pour vous délivrer de cette  peur.

 

“Un homme qui a peur annule ses chances d’agir” !

 

Les pensées négatives, en s’intégrant dans le caractère, développent des personnalités négatives , peu attrayantes.

 

L’auteur nous invite ensuite à nous auto-analyser afin de déterminer si nous sommes réceptifs aux influences négatives grâce à une série de questions, c’est un exercice à faire en prenant son temps.

 

Vous pouvez contrôler votre esprit et l’empêcher d’être influencé négativement. C’est l’autodiscipline et l’habitude qui vous conduira à ce contrôle.

Cessez de vous trouver des excuses du genre “je n’ai pas d’argent, j’ai une famille, personne ne me comprend” etc …Imaginer des excuses est une habitude aussi ancienne que l’espèce humaine.

 

Après la lecture et l’application des conseils de ce livre, vous détenez les clés de la richesse, les excuses devraient être facilement balayées.

 

Ce que je peux vous dire sur ce livre

Ce livre a été difficile à chroniquer pour moi comme en témoigne la longueur de mon écrit, d’ailleurs si vous êtes arrivés jusque là sans sauter de paragraphe je vous dis BRAVO.

En fin de compte l’idée générale est assez simple mais la tournure parfois très  philosophique pourrait vous effrayer.

Ce que j’en retiens, l’essentiel selon moi, est que la richesse, qu’elle soit financière ou qu’elle prenne une autre forme (intellectuelle, spirituelle…) s’acquiert avec le désir et la volonté et le fait d’y croire REELEMENT. Cela parait très simpliste dit comme cela, mais cela demande un profond travail sur nous même, sur nos personnalités, sur nos influences, ce qui nous a façonné. C’est un grand ménage à faire pour lever tous nos freins mais c’est possible ! Napoleon Hill nous aide à faire cette auto-analyse qui va nous permettre d’identifier ce qui nous empêche de nous accomplir.

C’est un ouvrage génial pour ceux qui ont décidé d’agir !

Pour vous procurer ce livre, cliquez ici :

Besoin de plus d’avis ? C’est par ici !

Bonne lecture à vous !

Découvrez les autres livres de mon défi 12 livres de finances personnelles en 24 semaines, c’est par ici => 12 livres

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 2
    Partages

About Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.







Recevez maintenant mon outil de gestion du budget    =>