argent

“Ce que les gens riches enseignent à leurs enfants à propos de l’argent et que ne font pas les gens pauvres et de la classe moyenne!”

Cette petite phrase qui en dit long, avec un ton un peu dédaigneux pour parler de la classe moyenne et des “gens pauvres”, à priori si vous en faites partie comme moi, ça peut vous faire fuir ou bien attiser votre curiosité, c’est le cas pour moi d’autant que j’ai entendu à propos de cet ouvrage des éloges comme “c’est la base”, “c’est un incontournable” ou bien encore “ce livre est une révolution”. Rien que ça !

Alors allons-y, plongeons dans l’univers de M. Kiyosaki…

La première édition est parue en avril 1997, 20 ans après c’est une nouvelle édition enrichie de 9 séances d’étude pour illustrer la réalité actuelle. La première édition s’est vendue à plus de 40 millions d’exemplaires à travers le monde, énorme !

Une des premières phrases du livre me plaît déjà beaucoup : “ce livre est dédié à tous les parents du monde, car ils sont pour leurs enfants les premiers et les plus importants pédagogues…”alors là M. Kiyosaki, vous me parlez directement car je compte  bien transmettre à mes enfants tout ce que je vais apprendre en tenant ce blog.

 

Introduction

 

R. Kiyosaki nous explique qu’il a eu deux pères, l’un riche mais qui n’a pas fait d’études et l’autre pauvre bien que bardé de diplômes. Ces deux pères avaient des discours totalement opposés en matière d’argent. Quand l’un encourageait les discussions autour de l’argent lors des repas familiaux, l’autre considérait que c’était un sujet tabou. Quand l’un lui disait “tu ne peux pas te permettre d’acheter cela” l’autre au contraire suggérait “comment peux-tu te permettre d’acheter cela ?” L’auteur a passé son enfance à écouter ses deux pères et à se demander sans cesse pour chacun d’eux “pourquoi dit-il cela?”. A l’âge de 9 ans, il décida qu’il suivrait uniquement les conseils de son père riche bien qu’il n’était pas encore riche et que son père pauvre ne l’était pas encore devenu, et il le fit pendant 30 années. Il comprit que l’argent “est une forme de pouvoir mais que l’éducation financière est plus puissante encore”. Pendant ces 30 années, il écouta inlassablement les 6 leçons de son père riche. Chaque chapitre du livre est une leçon.

 

1ère leçon : Les riches ne travaillent pas pour l’argent

 

Robert fréquente la même école que les riches de sa ville car il vit du bon côté de la rue tout comme son ami Mike. Un jour, il demande à son père (père pauvre) comment devenir riche comme ses camarades. Père pauvre lui conseille de demander au père de Mike qui est riche (père riche). Père riche propose aux deux garçons de travailler dans une de ses épiceries chaque samedi pendant 3 heures pour 10 cents de l’heure et en échange il leur enseignera comment devenir riche. Les enfants travaillent ainsi durant 4 semaines mais Robert en eu assez d’être sous-payé et de ne pas voir la promesse de l’enseignement arriver. Il retourna voir père riche pour lui exprimer ses doléances. Père riche lui expliqua alors que son enseignement avait bien commencé et lui dit que c’est “la vie qui t’enseigne”. La vie te bouscule quand elle souhaite t’apprendre quelque chose. Il ajoute que s’il retient les leçons de la vie, il sera un jeune homme “sage”. Le principe est de ne pas penser que les problèmes viennent des autres car on ne peut pas changer les autres ni le monde mais on peut se changer soi-même.

La leçon se poursuit ainsi : les gens qui travaillent pour l’argent sont animés par deux sentiments : la peur et l’avidité, la peur de manquer d’argent, de se faire congédier, de devoir recommencer à zéro, et le désir d’en avoir toujours plus, le désir de s’acheter davantage de choses. Les riches qui travaillent encore pour l’argent ont toujours ces peurs bien qu’ils en aient suffisamment.

Devenir riche sans résoudre le problème de la peur et l’avidité revient à être un “esclave très bien rémunéré”. Les deux peurs cumulées mènent à l’ignorance qui elle-même amplifient les peurs. Père riche compare cela à un âne qui marche grâce à une carotte illusoire, s’il comprenait le stratagème, l’âne y réfléchirait à 2 fois avant de marcher bêtement. L’ignorance nous pousse à réfléchir avec nos émotions. Père riche demanda à Robert et Mike de continuer à travailler mais sans être payé cette fois car cela faisait partie de la leçon. Les garçons acceptèrent tant bien que mal et réussirent ainsi à contrôler leurs émotions (frustration, colère). Ils parvinrent même à refuser une proposer de salaire très alléchante de père riche car ils comprirent qu’en acceptant, ils seraient comme tous les employés de père riche. Ils comprirent qu’ils ne devaient pas travailler pour de l’argent mais mettre l’argent à leur service. C’était la leçon, travailler sans salaire était donc un moyen de se focaliser sur autre chose que le besoin de salaire, réfléchir et trouver les moyens de gagner de l’argent autrement qu’avec un salaire.

“Voir ce que les autres ne voient pas” : les occasions. Et cela porta ses fruits. Ils découvrirent dans l’épicerie que les bandes dessinées invendues étaient renvoyées au distributeur pour ensuite être détruites, ils les récoltèrent et ouvrir une petite bibliothèque en faisant payer un droit d’entrée à leurs camarades. Pour tenir la bibliothèque il “embauchèrent” la sœur de Mike pour 1 dollar par semaine. Ils en gagnèrent environ 9.50 dollars par semaine sans même être présents et c’est ainsi que leur argent travaillait pour eux. Leur “entreprise” générait de l’argent alors même qu’ils n’y étaient pas présents.

 

2ème leçon : Pourquoi enseigner l’ABC du domaine financier ?

 

“Sans l’intelligence financière, l’argent vous glisse entre les doigts”.

“Comment aborder un sujet ennuyeux et déroutant pour l’enseigner à des enfants=> simplifiez le sujet et enseignez le d’abord avec des images”.

Cette leçon se compose d’une seule règle : savoir faire la différence entre un actif et un passif. L’idée est tellement simple que c’est la raison pour laquelle “la plupart des gens passent à côté” et c’est aussi la raison pour laquelle les personnes intelligentes peuvent penser que vous vous moquez d’elles quand vous leur énoncez cette idée : “un actif met de l’argent dans votre poche, un passif enlève de l’argent de votre poche”.  Les riches deviennent plus riches car ils achètent des actifs qui couvrent plus que leurs dépenses, la différence est réinvesti en actif ainsi les actifs augmentent et les revenus générés par ceux-ci augmentent en même temps qu’eux.

Robert nous dit que les pauvres et la classe moyenne pensent que leur maison est un actif. Ils travaillent de plus en plus dur pour acheter des maisons plus grandes qui génèrent toujours plus de dépenses. Les augmentations de leurs salaires ne couvrent que l’augmentation des dépenses et ils ne peuvent donc jamais investir dans des actifs.

L’auteur nous explique ensuite comment être “à l’aise financièrement” puis comment devenir riche : quand  la somme générée par les actifs (appelée marge brute d’autofinancement ou cash-flow) finit par couvrir les dépenses nous devenons “à l’aise financièrement”. C’est à partir de cette étape que l’on ne dépend plus de son salaire. Si l’on souhaite augmenter ses dépenses il faut augmenter sa marge brute d’autofinancement. Et si l’on réinvesti l’excédent de la marge brute d’autofinancement dans des actifs, on s’enrichit (ou comme le dit M. Kiyosaki “je suis sur la bonne route  qui mène à la richesse”).

Les trois phrases suivantes résument plutôt bien l’idée :

– “le riche achète des actifs”

– “le pauvre n’a que des dépenses”

– “la classe moyenne achète des éléments de passif en pensant que ce sont des actifs”.

L’école ne nous enseigne pas l’ABC du domaine financier, ainsi, les étudiants fraîchement diplômés, tentent d’ériger des “gratte-ciels” sur les fondations “d’une maison de banlieue”. L’éducation financière représente des “fondations solides pour vous mener à la richesse”.

 

3ème leçon : Occupez-vous de vos propres affaires

 

Beaucoup de personnes sont des employées et contribuent ainsi à rendre riche leurs employeurs et elles y consacrent leur vie.

S’occuper de ses propres affaires c’est s’efforcer de faire grandir sa colonne d’actifs.

L’auteur nous propose ici une liste de ce qu’il considère comme des actifs :

– des entreprises qui ne requièrent pas sa présence (être le propriétaire mais pas le gérant)

– des actions

– des obligations

– des biens immobiliers qui génèrent des revenus

– les reconnaissances de dettes

– les droits d’auteur résultant de la propriété intellectuelle (comme la musique, les manuscrits, les brevets)

– et tout ce qui a de la valeur, génère des revenus, prend de la valeur et trouve facilement un débouché.

Robert lui affectionne particulièrement les biens immobiliers et les actions des petites entreprises ayant un faible capital de départ. Il conseille ainsi d’acheter les actifs que l’on aime, car nous prendrons plaisir à en apprendre davantage sur eux et sur les stratégies pour en acquérir plus.

 

4ème leçon : L’historique des impôts et le pouvoir des entreprises

 

Kiyosaki nous propose un petit cours d’histoire des Etats Unis (en France l’origine des impôts diffèrent probablement). En résumé, l’impôt autrefois n’était réclamé aux citoyens qu’en cas de grandes crises (comme les guerres), puis il devint régulier grâce à une loi qui proposait de faire payer des impôts systématiques seulement aux riches. Les pauvres et la classe moyenne se réjouirent de cette loi et la votèrent. Mais le gouvernement ayant besoin de toujours plus d’impôts étendit cette loi à la classe moyenne et finalement aux pauvres également.

Aujourd’hui les riches ne paient pas d’impôts (ou quasiment pas, en proportion de ce qu’ils gagnent). Comment parviennent-ils à cela ? En développant leur QI (quotient intellectuel) financier qui se compose de 4 sphères d’expertise, la comptabilité, l’investissement (l’argent qui génère de l’argent), la compréhension des marchés (la loi de l’offre et de la demande) et la loi (les avantages fiscaux et la protection).

La connaissance des avantages fiscaux fait une réelle différence, ainsi une entreprise peut dépenser et ensuite payer ses impôts alors qu’un individu va d’abord payer ses impôts avant de dépenser ce qu’il lui reste pour vivre.

En résumé :

– les propriétaires d’entreprise 1) ont des gains, 2) dépensent, 3) paient des impôts

– les employés 1) ont des gains, 2) paient des impôts, 3) dépensent.

 

5ème leçon : Les riches engendrent de l’argent

 

Développer son intelligence financière vous permet d’avoir toujours plus d’options que les autres. Si une bonne occasion ne se présente pas, vous savez comment faire en sorte qu’elle se présente à vous,  Vous apprenez à créer votre chance et quoiqu’il vous arrive, à en tirer profit. Votre intelligence financière va vous permettre de juger plus facilement de la qualité d’une affaire (d’une occasion).S’enrichir c’est aussi savoir prendre des risques mais plus votre intelligence financière grandit, plus les risques diminuent. Notre actif le plus puissant est notre esprit, avec un bon entrainement, il peut produire d’énormes richesses. En nous offrant comme exemple l’un de ses investissements de départ qui était une petite maison à 45 000 dollars et quelques achats-reventes plus tard était devenue un immeuble de plus d’un million de dollars, l’auteur nous montre qu’il suffit de planter des graines dans notre colonne des actifs et de les faire croître et que même un petit investissement au départ peut croître considérablement.

 

6ème leçon : Travaillez pour apprendre, ne travaillez pas pour l’argent

 

Il semble que pour la plupart des gens possèdent un talent, il ne leur manque qu’une seule compétence additionnelle : l’intelligence financière. Mais pour ces mêmes personnes, quand il s’agit d’argent, la seule compétence qu’elles connaissent est le fait de travailler dur. Bon nombre de médecins, dentistes, chiropraticiens ou autres éprouvent de grosses difficultés financières pour ces mêmes raisons.

Père riche recommanda à Robert de ne pas accepter un poste pour l’argent mais pour l’apprentissage qu’il va apporter. Ainsi, au grand désespoir de père pauvre qui prônait la sécurité de l’emploi, il quitta un emploi très bien rémunéré et bénéficiant de beaucoup de vacances pour entrer dans les Marines. Cette décision lui permit d’apprendre à voler mais aussi à diriger une équipe, ce qui était une compétence indispensable pour fonder une entreprise selon Père riche. Il démissionna ensuite des Marines pour un poste dans la vente, il voulait ainsi vaincre sa timidité. Quand il se classa régulièrement parmi les meilleurs vendeurs, il démissionna à nouveau.

Mieux vaut acquérir diverses compétences que de se spécialiser dans un seul domaine. La spécialisation vous prend au piège. Si l’entreprise qui vous a spécialisé décide de se passer de vos services, il n’est pas garanti qu’une autre entreprise reconnaisse votre spécialisation.

Père riche encourageait donc les deux garçons à connaître un minimum de choses dans plusieurs domaines et à ne changer d’emploi qu’une fois la compétence visée acquise.

 

Chapitre 7 : Comment surmonter les obstacles ?

 

“La principale différence entre une personne riche et une personne pauvre est sa façon de gérer la peur”.

Il y a 5 raisons qui peuvent vous empêcher de devenir indépendant financièrement :

– la peur

– l’incrédulité

– la négligence

– les mauvaises habitudes

– l’arrogance

 

1) La peur

La peur de perdre de l’argent est normale. Il s’agit là de votre capacité à affronter cette peur ou de la laisser vous paralyser. Avant de devenir riche, perdre de l’argent va forcément vous arriver. Comme le dit Père riche “les gens ont tellement peur de perdre, qu’ils perdent”, c’est à dire qu’ils ne remplissent pas leur colonne de l’actif et par conséquent ils ne gagnent rien.

Père pauvre, lui, ne fit rien face à la peur de perdre, il évita tout simplement le problème.

L’auteur nous invite à nous demander quelle est notre façon de réagir face à un échec. Si il nous stimule à gagner, alors fonçons, mais si il nous affaiblit et nous met en colère alors c’est que nous ne sommes peut-être pas fait pour prendre des risques.

 

2) L’incrédulité

Nous avons tous une part de nous qui ne cessera de douter et cette part peut-être renforcée par notre entourage qui va nous rappeler nos imperfections sans qu’on leur ait demandé => “qu’est ce qui te fait croire que tu faire cela ?” ou “cela ne marchera jamais”.

Il vous en faudra du courage pour ne pas laisser ces paroles influer sur vos doutes et vos peurs. Il vous faudra du courage pour ne pas être un “poulet froussard”, celui qui court de partout en criant “le ciel nous tombe sur la tête” !

Pour beaucoup de personnes, les doutes sont paralysants et les maintiennent dans la pauvreté.

Père riche  disait “les incrédules critiquent et les gagnants analysent”. L’incrédulité vous rend aveugle et vous fait rater de belles occasions. Découvrir ce que la plupart rate est la clé de la réussite.

 

3) La négligence

Pour vaincre la négligence, nous devons écouter notre part d’avidité : nous avons tous en nous le désir d’avoir de belles choses. Père riche disait “comment puis-je faire pour me permettre d’acheter cela?” quand Père pauvre disait “je ne peux pas me permettre d’acheter cela”. En pensant ainsi, vous mettez votre esprit en veille et votre cerveau n’a pas besoin de chercher des solutions.

 

4) Les mauvaises habitudes

Père riche a expliqué à Robert pourquoi (contrairement à la plupart des gens, dont Père pauvre) il ne paie ses factures qu’après s’être payé lui-même. Cela peut sembler illogique et pourtant c’est un excellent moyen pour vous obliger à trouver d’autres sources de revenus. En effet, si vous vous payez d’abord, il est fort probable qu’il ne vous restera pas assez pour payer vos factures, la pression d’avoir à payer pour cela va vous motiver à chercher  d’autres formes de revenus.

Tout comme un entrainement au gymnase, plus vous vous efforcez à imaginer comment faire de l’argent, plus vous devenez solide.

 

5) L’arrogance

Kiyosaki dit qu’à chaque fois qu’il a été arrogant, il a perdu de l’argent. Beaucoup de gens dans le monde des finances sont arrogants. Mieux vaut vous instruire auprès d’experts sur les sujets que vous ne maîtrisez pas.

 

Chapitre 8 : Lancez-vous

 

Notre culture nous a formé à croire que l’amour de l’agent c’est le mal. Par conséquent, nous ne faisons pas suffisamment appel à notre “génie financier” alors même que nous l’avons tous en nous selon Kiyosaki.

Notre culture nous apprend à ne pas trop nous soucier de notre retraite puisque notre gouvernement prendra soin de nous.

L’auteur nous dresse la liste des 10 étapes à suivre pour s’enrichir (étapes qu’il a suivi personnellement) :

 

1) Trouvez une raison plus grande que nature : le pouvoir de l’esprit

Trouver une raison de devenir riche c’est faire la combinaison entre les “je veux” et les “je ne veux pas”. Commencez par les “je ne veux pas” le reste en découlera (par exemple : je ne veux pas travailler toute ma vie). Sans une solide raison, tout dans la vie vous parait difficile. Votre parcours ne sera pas facile mais il ne sera pas difficile non plus.

 

2) Faites des choix quotidiens : le pouvoir du choix

La plupart des gens choisissent de ne pas être riches. Ils inventent alors des phrases telles que “l’argent ne m’intéresse pas”.

Notre esprit est notre meilleur actif. Apprendre est un choix que nous pouvons faire même si nous n’avons pas d’argent : c’est choisir ce que nous faisons de notre temps.

 

3) Choisissez vos amis prudemment : le pouvoir de l’association

Adressez-vous aux gens non pas pour leur bilan financier mais pour leur savoir. Les gens riches ont des choses à vous apprendre, les gens pauvres vous apprendront ce qu’il ne faut pas faire. Ne vous laissez pas dissuader par des gens apeurés (rappelez-vous du petit poulet froussard); restez fidèle à vous-même et soyez prêts à vous distinguer du reste des gens.

 

4) Maîtrisez une formule et apprenez-en une nouvelle : le pouvoir d’apprendre rapidement

 

Pour Kiyosaki nous devenons ce que nous étudions. Maîtrisez une formule c’est acquérir la discipline nécessaire pour mettre en œuvre ce que l’on a appris. Partez ensuite à la recherche d’autres formules.

 

5) Payez-vous en priorité : le pouvoir de l’autodiscipline

 

Il n’est pas rare que les gagnants à la loterie perdent tout très rapidement par manque de discipline.

Chaque mois, faites grandir votre colonne de l’actif avant de payer vos dépenses mensuelles. Si besoin réduisez vos dépenses mensuelles. Il ne s’agit pas de s’endetter dès le départ.

L’auteur s’est toujours payé en priorité même quand il a manqué d’argent et ce, malgré les menaces de son banquier et de ses créanciers. Cela lui a permis de faire davantage appel à son génie financier et trouver d’autres sources de revenus. Défendez coûte que coûte vos actifs, ne les revendez pas pour payer vos factures.

 

6) Rémunérez bien vos courtiers : un bon conseil représente une grande force

 

Etre entouré des meilleurs professionnels vous coûtera cher mais vous rapportera beaucoup plus et vous gagnerez beaucoup de temps. Attention cependant aux professionnels que vous choisirez : s’ils sont bien rémunérés et compétents, ils auront à cœur vos intérêts personnels.

 

7) Donnez à l’indienne : le pouvoir d’acquérir quelque chose gratuitement

 

“Donnez à l’indienne” c’est reprendre/récupérer ce que vous avez donné. Le but est de retirer votre capital de départ sur un investissement dès que celui-ci vous l’a remboursé, ainsi votre capital de départ va pouvoir servir à financer d’autres actifs.

 

8) Payez-vous du luxe grâce à vos actifs : le pouvoir de se concentrer

 

Dans notre société de consommation, il est difficile de maîtriser ses dépenses. Si un bien de consommation vous attire, concentrez-vous sur votre colonne des actifs afin de pouvoir vous offrir ce bien. Ne vous contentez pas d’alourdir votre colonne de passif.

 

9) Choisissez vos héros : le pouvoir du mythe

Avoir des héros peut vous inspirer et vouloir les imiter est un puissant moyen d’apprentissage.

 

10) Enseignez et vous recevrez : le pouvoir de donner

Père riche disait : “si tu veux quelque chose tu dois d’abord donner.”

C’est le principe de la réciprocité : donnez ce que vous aimeriez recevoir, de l’argent, un sourire, de l’amour, de l’amitié etc…

 

Chapitre 9 : Voulez-vous en savoir davantage ? Voici certaines choses à faire

 

Robert nous dresse ici quelques actions qu’il entreprend encore aujourd’hui. :

Arrêtez de faire ce que vous faites : prenez un instant et évaluez ce qui marche et ce qui ne marche pas.

Cherchez de nouvelles idées : dans des librairies cherchez des livres sur des sujets différents.

Trouvez des gens qui ont déjà accompli ce que vous voulez faire : demandez-leur des conseils, emmenez les déjeuner.

Faites plusieurs offres : les biens sont souvent proposés à des prix plus élevés que leur valeur. Faites des offres, quelqu’un répondra peut-être oui.

Joggez, marchez ou roulez dans un certain quartier au moins une fois par mois pendant 10 minutes : c’est comme cela que Robert a trouvé certains de ses meilleurs investissement, en joggant.

Allez à la recherche d’aubaines dans tous les marchés.

– Regardez aux bons endroits.

– Rencontrez d’abord des gens qui veulent acheter puis cherchez quelqu’un qui veut vendre : achetez la tarte et séparez-la en plusieurs morceaux. La plupart des gens veulent acheter ce qu’ils peuvent se permettre et donc ils voient trop petit. Ils n’achètent qu’un seul morceau de la tarte.

Pensez grand : même si votre entreprise est modeste, vous pouvez toujours vous associer avec d’autres pour négocier un excellent marché si vous ne souhaitez acheter qu’une portion d’un bien.

Apprenez de l’histoire : inspirez-vous de ceux qui ont réussi comme Bill Gates par exemple.

L’action surpasse toujours l’inaction : les récompenses viendront une fois que vous serez passé à l’action. Agissez maintenant.

 

Dernières réflexions

 

Si comme l’un des amis de Robert vous vous inquiétez de savoir comment vous allez payer les études de vos enfants, alors il est temps de développer votre intelligence financière. Commencez par acheter un livre, aller à un séminaire. Nous bénéficions tous de deux dons : notre esprit et notre temps. C’est à nous de faire les bons choix sur ce que nous en faisons. Robert et son épouse Kim ont conçu des jeux de table pour les adultes et les enfants appelés CASHFLOW qui vont vous enseigner les compétences de base en matières d’investissement, apprendre à générer différents revenus.

 

Ce que je peux vous dire sur ce livre :

Père riche père pauvre est un livre que je vous recommande parce qu’il vous fait profondément réfléchir sur tout ce que vous pensez savoir et ce qu’on vous a toujours dit sur l’argent. Je dirais que l’idée la plus importante, et ce que Kiyosaki appelle la règle numéro 1, est de comprendre la différence entre un actif et un passif et je ne pourrai pas être plus claire tellement son explication est simple alors je reprends ses termes : un actif met de l’argent dans votre poche et un passif enlève de l’argent de votre poche. Quand vous avez bien compris l’idée, vous ne cessez de regarder autour de vous et ce que vous possédez. Vous ne pouvez que constater que vous n’avez acquis que des passifs et si demain vous ne touchez plus de salaire, que vous reste-t-il ? Pas grand-chose. Ce livre ne vous prend pas par la main pour vous dire de procéder comme ceci ou comme cela, ce livre plante une petite graine dans votre esprit, et libre à vous de la faire grandir ou non.

L’autre réflexion que je retiendrai dans ce livre est cette idée de se payer en priorité, s’accorder une somme chaque mois pour la consacrer à l’acquisition d’actifs et payer ensuite ses factures. C’est probablement un excellent moyen de ne pas gaspiller son argent bêtement dans des babioles inutiles et cela vous oblige à trouver d’autres sources de revenus si justement quelque chose vous fait vraiment envie.

Ce livre soit vous y adhérez totalement et c’est tout votre état d’esprit qui change après la lecture soit vous vous sentez à mille lieux de tout ce qu’il dit et vous considérez qu’il ne s’adresse pas à vous mais à des gens d’une autre sphère. Même si Robert Kiyosaki utilise un langage plutôt simple, je pense qu’il ne sera pas donné à tout le monde de se saisir de ses conseils et de sa philosophie de vie.

En tout cas, ce livre peut éveiller en vous une envie d’agir et de ne plus faire partie des “poulets froussards” c’est pourquoi je le recommande à tous et particulièrement à vous, qui êtes sur mon blog parce que justement vous voulez agir sur votre budget alors pourquoi pas voir les choses encore plus loin.

Pour vous procurer ce livre c’est par ici :

Vous avez peut-être besoin d’autres avis sur le livre ? C’est par ici !

Découvrez les autres livres de mon défi “12 livres de finances personnelles en 24 semaines” en cliquant ici  https://budgetserein.com/des-livres-qui-inspirent/

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 1
    Partage

About Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.







Recevez maintenant mon outil de gestion du budget    =>